Accueil
Menu principal
Accueil
Présentation
Guerres
Civilisations
Musées
Chroniques
Patrimoines
Arts
Livres
Entreprises
Dossiers
News
Liens
Compteur de visiteurs

Visiteurs depuis le 26/02/2008 :

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterTotal186004
Actualités

Depuis 10 ans l'histoire de la France

Les enfants d'Alésia

Numéro 81 : hiver 2017

Le Père Alexandre dans son livre Le Horsain raconte un pèlerinage de Normands cauchois de l'autre côté de la Seine à Lisieux, au temps de la IVe République :
«La remontée dans le car se fait lentement... Il est huit heures. Dans la plaine on croise encore des femmes qui traînent la godeine (un container de lait. ndlr).
- À c'theu-là... est-ti pouin eun'honte ? déclare quelqu'un. Dans l'esprit cauchois, la France est coupée en deux. Le nord et le sud de la Seine. Au nord, jusqu'à la Belgique, les Français travaillent mais au sud, jusqu'à Marseille, ils ne font rien...
- Chi nous étions comme eux, y a longtemps qu'il aurait fallu prendre eun'musette pour aller à l'useine !
Tout le monde approuve.
C'est à ce moment précis qu'on voit arriver face à nous, en sens inverse, un bannet (un attelage. ndlr) conduit par un gars assis les jambes pendantes, la casquette sur l'oreille, en train d'en rouler une petite. Tandis qu'il croise notre car, les regards sont  méchamment braqués sur lui. Manifestement, le pauvre gars incarne le sud des feignants. Je sens confusément que quelque chose se prépare tandis qu'il passe devant la première, la seconde, la troisième vitre ouverte, jusqu'à la dernière... Et, en effet, c'est alors qu'une voix de stentor lui clame son mépris :
- Paisan !
Tout le car éclate de rire »

Lire la suite du numéro en cours

La Revue de l'Histoire n°81 - Trimestriel - Février, mars, avril 2017 


anniversaire 
 
Numéro 80 : Automne 2016 
  C ela fait dix ans que la nouvelle formule de La Revue de l'Histoire existe...En octobre nous fêtons le n° 80 de ce magazine national créé en 1999. Il fut en format de poche, puis en format carré,puis en grand format... Il a voulu suivre l'histoire dela France, de ses régions et de ses départements, de tout son patrimoine merveilleux.
 
existantMais comment transmettre l'Histoire ? Comment la raconter pour qu'elle ne soit pas ensevelie par le temps ? Et pour cela, comment nous approprions-nous notre histoire ? Une chose nous est apparue évidente : La motivation d'un acteur de l'Histoire a toujours plusieurs facettes, à l'image de chaque idée sur cette terre, de chaque cellule vivante. La grande question n'est pas : y a-t-il une vérité en Histoire ? Elle est plutôt : comment telle chose a-t-elle pu se produire ?

La vie n'est qu'une ombre errante ; un pauvre acteur qui se pavane et s'agite une heure sur la scène et qu'ensuite on n'entend plus ; c'est une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.

En écrivant ces mots de Macbeth, Shakespeare illustre que peut être une volonté de puissance où se joue l'éternel débat de l'individu entre sa réalité et son néant, son esprit et son corps, entre le diable et le bon dieu. 

  La Revue de l'Histoire n°80 - Trimestriel - Novembre, décembre 2016 - Janvier 2017
Télécharger l'édito et le sommaire


  Numéro 79 : Été 2016

Le sens de l’Histoire à l’épreuve de la 

physique quantique

  Pour expliquer ses grands sujets et personnages,l'Histoire a pris l'habitude de mettre en avant des arguments rationnels que l'on pourrait qualifier d'euclidiens. Mais le progrès technique vertigineux du monde moderne va nous obliger à partir vers d'autres rivages. L'Histoire va tenir compte, de plus en plus, de la théorie et de son principe d'incertitude : à l'échelle corpusculaire, plus on connaît la position d'une particule, moins on connaît sa vitesse et plus on connaît sa vitesse, moins on connaît sa position. 

Notre époque moderne met à la disposition de chacun les outils lui permettant d'agir de manière isolée. Or, le Président de la République nous l'a lui-même annoncé : Nous sommes en guerre. Cela revient à dire que le moindre ennemi n'est plus contrôlable et prévisible. Il n'obéit plus à des grandes règles de groupe, mais à la théorie quantique des particules. C'est cela qui a le plus changé par rapport aux conflits du XXe siècle : Plus on cherche à cerner la nature du terrorisme, moins on est capable de comprendre sa vitesse de réaction. Nous sommes obligés de mener une guerre avec des approximations d'autant plus grandes que le rôle des particules, des individus, est devenu majeur et autonome. 

  Matthieu Delaygue
La Revue de l'Histoire n°79 - Trimestriel - Juillet, août, septembre 2016
Télécharger l'edito et le sommaire
 

 Numéro 78 : Printemps 2016

réalité

dépasse la fiction

  Ils sont tous alliés ou parents,ils négocient leurs parcelles de pouvoirdevant Dieu. Car ils sont croyants. À cette époque, la foi est brûlante comme  une épée qui se forge dans l'enclume et dans le feu. Les évêques et les moines jouent leur rôle de temporisateurs. Ce sont eux qui bénissent le mariage entre familles< rivales, pour reporter les affrontements et redéfinir les territoires. La messe, le pèlerinage, les croisades étaient une façon de se diriger vers la lumière divine. Elle éclairait tout. Les temps féodaux sont les temps du serment, de la fidélité. L'intégration à une structure féodale servait non pas à étouffer, mais à guider vers cet absolu.

Les gens du Moyen-Âge savent que la volonté de puissance est le moteur de ce monde, et que seule la sanctification des actes sauve l'équilibre psychique du monde. Cela leur permet de travailler pour les autres, les paysans, les pauvres... Tout en fin de compte est une question de droit, de traités, de liens de vassalité, de négociations. Le sang coule, de toute façon, la mort arrive, les gens sont éphémères. Mais les châteaux et les églises restent pour les siècles après, lorsque toute les passions seront terminées.

C'est cet univers du réel en quête de transcendance que nous vous présentons. Il explique la force de l'Occident : le culte de Dieu et de la vérité. Que l'on soit un moine dans une abbaye, une forteresse ou une cité médiévale, en train de prier ou de peindre, de vivre en plein air ou de se cacher, ou d'étudier la science, cette inconnue... 

 

  Matthieu Delaygue

  La Revue de l'Histoire n°78 - Trimestriel - Avril, mai, juin 2016

Télécharger l'édito et le sommaire


Télécharger les éditos et sommaires des anciens numéros à la rubrique "Anciens numéros "


Numéro spécial : Nos amis les Croates : Lire le magazine en ligne à l'adresse suivante

Revue Trimestrielle, 96 pages quadri minimum

La Revue de L'HISTOIRE   BP 30062 - 33008 Bordeaux Cedex

Edité par : J.C.L. Communication - 06 03 88 19 92
Mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

Site internet:  http://www.larevuedelhistoire.com

Abonnement : Sophie

Directrice de la Publication : Clotilde Petit / 06 03 88 19 92

Rédacteur en chef : Matthieu Delaygue.

Maquettiste : Pierre - Michel Viart.

Webmaster : Mariette Duprat.

Mise à jour du site : Joëlle Le Droumaguet.

   logo

 
Numéro en cours
 
N81

 

Numéro précédent

 

N80

 


 

Numéro précédent

 

N79

  Anciens numéros

Numéro spécial

N75  
Numéro spécial

Lire en ligne: Les Croates  
Réalisé avec Joomla!, logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL. Version 1.0.12. 25 Decembre 2006.

www.mozilla.org www.mediovirtual.com www.mamboserver.com